Transition énergétique : un enjeu pour la France

Publié le par Armée du futur

C'était un engagement du Président de la République, la ministre de l'écologie l'a confirmé le 18 juillet : une conférence environnementale se tiendra les 14 et 15 septembre et elle sera suivi d'un grand débat national sur la transition énergétique.

 

Les sujets qui pourront être abordés lors de ce débat sont nombreux. On peut facilement deviner ceux qui feront les unes de la presse et susciteront la polémique, pèle-mêle : la part de l'électronucléaire dans la production d'électricité,  l'exploitation des gaz et huiles de schiste, l'opportunité d'une taxe carbone intérieure et/ou aux frontières, etc.

Pourtant aborder ce débat avec des thèmes aussi réducteurs serait une grave erreur.

Le véritable enjeu de la transition énergétique est géostratégique (comment limiter notre dépendance vis-à-vis des exportateurs d'énergies primaires ?), économique (la crise de 2008 a encore montré une corrélation entre hausse des prix de l'énergie et récession, comment se prémunir contre ce phénomène ?), social (comment éviter l'explosion de la précarité énergétique ?), environnemental (comment préserver nos ressources et limiter les effets du changement climatique ?)... bref, il est global.

 

Pour être un succès, ce débat ne peut pas se contenter d'enregistrer quelques positions de principes plus ou moins idéologiques et de bannir telle ou tel technique qui n'aurait pas la faveur d'une opinion plus sensible au NIMBY ("not in my back yard") qu'à l'intéret général.

Mais il est temps aussi de cesser de croire aux miracles : aucune sources d'énergie ne viendra durablement faire oublier le caractère fini et limité des ressources fossiles, aucun progrès technologique inattendu ne suffira à contrecarrer à lui seul le réchauffement climatique...

Notre modèle n'a pu émerger que grâce à l'exploitation massive du charbon puis du pétrole. L'enjeux aujourd'hui est de mettre au point un nouveau modèle de développement adapté à un monde où l'énergie n'est plus abondante. Ni plus ni moins.

 

Des propositions dans ce sens existent. A l'image de celle qui est portée par l'association Négawatt, elles sont invariablement basées à la fois sur une modification du mix énergétique et sur une évolution de la consommation vers plus de sobriété et d'efficacité.

Cela ne signifie pas nécessairement une baisse du niveau de vie ou une perte de confort, le "retour à la bougie" n'a jamais existé que dans la tête de quelques habiles lobbyistes. Mais cela signifie immanquablement des changements de comportements, et donc la participation de chacun. Dans ce sens, et malgré les risques qu'il comporte, le grand débat national sur la transition énergétique qui va s'ouvrir est absolument nécessaire.

 

Commenter cet article